Anaïs' Misfits

Le blog anti-miso-boulot-dodo. Le récit de mes méfaits diurnes et/ou nocturnes. Blog d'humeur et de mauvaises humeurs.

mercredi 30 mai 2012

La fête des mères, ta mère ! Ma mère, mon "oubliée de la République"

Yamina Benguigui a lancé un manifeste pour les "oubliées de la République". Aussi pensé-je que beaucoup de mamans, quelle que soit leur origine, sont, ont été et seront des oubliées de la République. 

Hey, c’est la fête des mères, achète un aspi. Hey, c’est la fête des mères, achète une croisière. Hey c’est la fête des mères, achète une crème. Hey c’est la fête des mères mais moi je vous emmerde. Ma maman je ne la verrai pas ce dimanche pour l’embrasser et l’inviter au resto. Comme de nombreux expatriés de province,  j’ai fait le nécessaire pour lui faire livrer un bouquet. Histoire de se donner bonne conscience. Un bouquet haut. Entre autres des tournesols, des lys et un camaïeu de fleurs champêtres jaunes et orangées.

Ma mère, ma maman. Le seul être au monde qui ait toujours cru en moi au-delà  du seuil de confiance en moi que je ne pourrai jamais avoir. Il faut dire qu’arrêter l’école à 15 ans quand on a explosé les compteurs au BEPC, pour ramener biture à papa et popote pour neuf cadets, doit donner quelque envie de revanche, sur la vie. Inachevée.

Bac, prépa, licence (deux), maîtrise, cadre. J’y suis - dois-je y rester -  par loyauté, par devoir envers cette maman à qui on n’avait pas donné ma chance. Celle d’avoir une maman qui, ayant elle-même appris le Français tardivement - six ans- et inculqué à sa fille unique, à coups d'exercices de Bled et d'interminables dictées de mots, sa passion pour la rectitude de l’orthographe, n’osait pas lire Nerval par peur – bien idiote elle – de n’y entendre mot.

« Hé, je ne suis pas une tombe, pas la peine de me fleurir ». Je l’entends déjà. 

On reste dans les fleurs. Je partage ce pot-pourri de publicités vintages éditées depuis 1941 à l’occasion de la fête des mères. Instaurée par Pétain pour repeupler la France, partant du postulat qu’une bonne – au sens moral du terme – femme se distinguait avant tout par ses capacités à accueillir la semence de monsieur son mâri.

Quelques affiches de propagandes, en fait ce sont les fils qui fêtent maman. Les petites filles, elles, peuvent aller se faire voir.

medium_affiche_fete_des_m_res medium_FETE_DES_MERES_SOUS_PETAIN_3

affiche_fete_des_meres_1941fete_des_m_res_sous_PETAIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jeu de l’oie de 1959, dans lequel maman nettoie toutes sortes de choses (la vaisselle, des cactus, des enfants)  pendant que papa sort son portefeuille, conduit une auto et bricole.

jeux_oie_f_te_des_m_res_1959

 

Share


© anaismisfits.canalblog.com | 2009-2011 | Tous droits réservés
Posté par anaismisfits à 23:19 - Anti-Miso - +++ Laissez-moi vos commentaires +++ [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire