Anaïs' Misfits

Le blog anti-miso-boulot-dodo. Le récit de mes méfaits diurnes et/ou nocturnes. Blog d'humeur et de mauvaises humeurs.

mardi 5 avril 2011

Les « 343 salopes » de 1971 sont-elles vraiment celles de 2011 ?

*** Je ne suis pas manichéenne et clairement, mon billet est à rebrousse-poils. Si mes précédents élans vers un débat se sont soldés par une volée de bois vert, je persiste et signe. Si tu es féministe orthodoxe et que tu penses que seule ton opinion prévaut, nous n'allons pas nous comprendre. ***

Rappeler les combats féministes d’aujourd’hui, pour mieux mettre en évidence ceux d’hier, ça ne fait pas de mal à tous ces connards ?...

Sur le principe, le Manifeste des 343 version 2011 appelle à une réelle et nouvelle prise de conscience des pouvoirs publics. A l’instar d’un Zemmour qui, en 2010, s’égosillait et s’indignait quant à ces femmes qui, « tout en ne voulant pas d’enfant, en voulaient quand même ». Et pour cela, la chose a le mérite d'avoir été initiée. 

 

343

Sur la forme, je suis toujours gênée de ces pétitions signées de féministes médiatiques et patentées. Erudites, journalistes, sociologues, artistes, comédiennes, et sans doute peu ancrées dans la réalité du sexisme ordinaire. Et ayant développé une appétence pour la compassion sous forme de révolte pour autrui. La femme victime, la femme objet, la femme en souffrance sous tous les astres du bon Dieu. Sortez les violons. 

Systématiser toute communication au nom du droit des femmes par l’inventaire de leurs échecs (tout) relatifs à émerger dans la société, c’est cela être féministe? Montrer la femme que comme victime de tant de maux – bien réels, je ne les remets pas en cause – est-ce donc là la clé de voûte de son salut ? Mettre en exergue  certains chiffres, non sourcés, au détriment d’autres, aligner les indignations comme autant de perles sur le chapelet de la honte, est-ce, ce que nous autres pondeuses, sommes en droit d’attendre d’une telle initiative ? 

 

Où sont les femmes qui réussissent ?

Où sont les battantes qui ouvrent aujourd’hui les portes closes à celles qui pourtant en avaient l’envergure ?

L’arbre qui cache la forêt ? Non, pas nécessairement.

 

Je ne suis pas fataliste, voilà tout. « Méritocrate » invétérée, je hais foncièrement tout processus de victimisation. Chaque jour je combats ces atavismes bien français. Et parmi eux, celui qui consiste à se regarder le nombril pour pleurer sur son sort. Je me refuse à croire que toute ma vie sera dictée par quelque déterminisme qui voudrait que je demeure sous l’emprise de quoi que ce soit : un homme, une drogue, un système.

 

Allons de l’avant ! Ce n’est qu’à cette condition que les femmes investiront et régiront la sphère politique, business, médiatique et privée.

Enfin, à la lecture du manifeste, je vois une communauté de femmes, un entre soi sans aucun homme. Dire que les hommes sont parties prenantes du changement n’est pas un gros mot. Le sectarisme est semble-t-il, et cela m'attriste, la chose du monde la mieux partagée…

Le manifeste est consultable ici 36218_l_egalite_maintenant_343_femmes_s_engagent_1_

Et l'article de Libé : http://www.liberation.fr/societe/01012329402-le-nouveau-manifeste-des-feministes

 

 

 


© anaismisfits.canalblog.com | 2009-2011 | Tous droits réservés
Posté par anaismisfits à 14:50 - Anti-Miso - +++ Laissez-moi vos commentaires +++ [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire