Anaïs' Misfits

Le blog anti-miso-boulot-dodo. Le récit de mes méfaits diurnes et/ou nocturnes. Blog d'humeur et de mauvaises humeurs.

mercredi 16 février 2011

« Ouvrons les Portes » des prépas : Mixité des Internats « macho ergo sum »

internat_old_350x239Début février le Collectif  « Ouvrons les Portes » a signé une campagne virale incroyablement juste, percutante et porteuse de valeurs qui me sont chères.

Le collectif a été créé en 2008 lorsque son initiateur, François Taddei, directeur de recherche en biologie à Paris V-Descartes, fait la connaissance d'une jeune fille de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) sortie d'une première année de prépa à Henri IV. Transports, manque de sommeil, elle renonce à effectuer une 2ème année tant l’externat lui coûte.

Partant ainsi du constat qu’à Paris les classes préparatoires aux grandes écoles, les « prépas » comme on les appelle – hypokhâgne, khagne, Maths Sup, Math Spé et consorts – ou plutôt les lycées qui accueillent ces filières d’excellence ouvrent très peu de leurs internats aux jeunes filles, le collectif a mis en ligne une vidéo virale très parlante… « Pourquoi les filles auraient-elles accès aux internats alors que le RER leur offre le même confort? »

Les chiffres. Constat cinglant.

Seule 1 étudiante sur 3 accède à un lit en internat en prépa.

A Paris, seuls 3 internats sur 8 accueillent des jeunes filles

Dans tout l'Hexagone, une vingtaine de lycées persistent à maintenir des structures non mixtes.

L’internat du lycée Henri-IV vient seulement, en 2010 et après 200 ans de sexisme consommé, d’ouvrir… tadaaaaa 21 des 135 lits de son internat. De quoi circonscrire toute manifestation d’hystérie en effet.

Point barre.

Les arguments des proviseurs des prestigieux lycées me hérissent. Risques de grossesses, absence de bidets dans les chambres, homosexualité dans les univers de garçons, coût des travaux…En gros, il est urgent de ne rien faire et ne perturbons pas le processus de reproduction de la sainte élite masculine.

Alertée, la Halde a tranché, acquiesçant de la « discrimination fondée sur le sexe » en violation de la loi du 27 mai 2008, qui proscrit toute distinction de ce type en matière de formation professionnelle. Sexisme….et sélection sociale car la plupart des jeunes filles qui formulent une demande d’hébergement en internat n’ont pas les moyens de se loger dans Paris. La prépa, c’est la mine. Et passer 1h dans les transports matin et soir en sus de la charge de travail dont doit s’acquitter le khâgneux…c’est être moins frais que ses collègues internes.

J’ai moi-même été interne lors de mes deux années de prépa. Cet internat, je l’ai vécu comme une retraite au couvent. Deux années dédiées à l’apprentissage des belles lettres, dans un cadre propice aux études: pas de transports intempestifs et tout le loisir pour les colles à 7 du mat ou à 20h avant une nuit blanche à disserter sur 12 copies doubles. Partageant mon Littré et mon Gaffiot avec des copines de chambrée au gré de quelque version latine… Non les classes prépas ne sont pas réservées à une élite. Papa et maman ayant arrêté l'école à respectivement 17 et 15 ans, j'y ai trouvé mon salut.

Selon le ministère de l'Education nationale, la parité filles-garçons devrait être atteinte dans les internats en 2015. D’ici là, carte orange et pass Navigo pour ces ambitieuses demoiselles !

Keep faith !

Vous pouvez également signer la pétition en ligne, ici : http://www.ouvronslesportes.org/petition/


Stage intensif de pratique discriminatoire
envoyé par ouvronslesportes. - Regardez les dernières vidéos d'actu.


© anaismisfits.canalblog.com | 2009-2011 | Tous droits réservés
Posté par anaismisfits à 11:57 - Anti-Miso - +++ Laissez-moi vos commentaires +++ [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    merci pour cet article (et ce témoignage) hyper pertinent.
    on dit souvent que c'est normal, qu'il y a moins de filles en prépa, mais c'est ne regarder que les prépa maths-physique et ignorer les prépas bio, véto, éco et lettres où il y a bcp plus de filles.
    agaçant également, les parents qui affirment ne pas vouloir que leurs garçons puisse ne pas avoir de place en internat parce qu'on y aurait mis une fille: injuste, affirment-ils.
    c'est sûr que n'ouvrir l'internat qu'aux garçons c'est plus juste...

    Posté par Gabrielle, mercredi 16 février 2011 à 13:20

Poster un commentaire